Aide aux animaux : 3 façons de leur apporter votre soutien

Aide aux animaux : 3 façons de leur apporter votre soutien

La relation entre l'homme et les animaux est très forte. Loin de la domination, l'homme est maintenant un fervent protecteur des animaux. Cependant, certaines personnes font toujours subir des atrocités aux animaux et les cas de maltraitances, de sévices ou encore de commerce illégaux sont monnaie courante. L'animal est un individu ! Agir pour l'intérêt des animaux est surement l'un des plus beaux actes que l'on puisse faire dans sa vie.

1-Dénoncer, c'est sauver

On se dit souvent que ce ne sont pas nos affaires, et il y a surement quelqu'un d'autre qui va faire quelques choses. En effet non, la Loi Grammont de 1850 affirme que « Seront punis d'une amende de cinq à quinze francs, et pourront l'être d'un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques ». Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'article sur Legifrance.

Dans notre entourage ou sur les lieux publics, on peut remarquer des situations inappropriées qui pourraient mettre en danger la vie de l'animal voire même des autres personnes. Un animal négligé est un animal maltraité. Pour le cas d'un chien mal nourri, battu ou en manque d'affection, son agressivité peut vite se retourner contre l'homme ou d'autres animaux.

Vous pouvez vous approcher des associations de votre région, qui se chargeront d'entamer des procédures. Elles défendent en premier lieu l'intérêt des animaux. Les autorités telles la mairie, les services vétérinaires de la direction départementale de protection des populations, les forces de l'ordre ou la préfecture sont aussi compétents pour se charger de régler la situation.

En cas de condamnation du propriétaire ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal peut décider de remettre l'animal à une association de protection animale. Celle-ci pourra en disposer librement.

2-Rappeler les lois et les sanctions pénales

D'un point de vue juridique, les mauvais traitements envers les animaux sont protégés par le Code rural à l'article L.214-3.

  • Mauvais traitement
  • Il est interdit d'infliger des mauvais traitements telles l'absence des soins, les conditions de détention inadaptées, la privation de nourriture et envers tout type d'animal (domestique ou non domestique). Le propriétaire d'un animal qui ne respecte pas ses obligations est passible d'une amende de 750 €. En appui, l'Article R 654-1, disponible sur Legifrance rappelle que « Le fait, sans nécessité, publiquement ou non, d'exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende ».

  • L'abandon, sévices graves et actes de cruauté
  • Le propriétaire qui abandonne son animal peut être puni de 2 ans de prison et d'une amende de 30 000 €. « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce » selon la Loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature, source tirée de l'Association Française Interprofessionnelle des Ecologues (AFIE).

  • Atteinte à la vie ou à l'intégrité de l'animal 
  • Blesser un animal ou entraîner sa mort involontairement est puni de 450 € d'amende même si la blessure ou la mort a été entraînée par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence réglementaire. Les expérimentations sur les animaux sont aussi concernées et protégé par l'Article 521-2 du Code pénal « Le fait de pratiquer des expériences ou recherches scientifiques ou expérimentales sur les animaux sans se conformer aux prescriptions fixées par décret en Conseil d'État est puni des peines prévues à l'article 521-1. » Retrouvez l'article sur le site Codes Et Lois.

3-Devenir bénévole, donateur ou adhérent

Animaux abandonnés, maltraités, errants, qu'ils soient domestiques ou sauvages, leur destin est incertain. En devenant famille d'accueil, on peut les aider à avoir un abri et de l'affection, le temps qu'ils trouvent leur adoptant. Votre mission est simple, l'héberger et avoir de la disponibilité pour s'occuper de lui.

Les associations et refuges sont en mesure de fournir l'alimentation, le matériel et accessoires, les soins médicaux nécessaires. L'acte de bénévolat est très sollicité et recherché, car les refuges ont parfois des structures insuffisantes.

Les animaux en détresse sont pourtant de plus en plus nombreux. Devenir adhérent permet d'apporter son aide pour le bon déroulement de l'association et de pérenniser la continuité des actions effectuées pour la cause animale. La donation peut faire bouger les choses en sachant que dans les associations et les refuges, les moyens financiers manquent.

Il existe de nombreuses utilités lors d'un soutien financier, au niveau de l'alimentation, les soins médicaux, les campagnes de sensibilisation pour la protection des animaux, la construction de nouveaux locaux d'accueil, l'amélioration des centres d'éducation.

Les articles

Zoom sur les lois de protection des animaux

Les lois de protection des animaux ont longtemps été débattues afin d'apporter le maximum de bien-être pour l'animal, mais surtout pour le protéger...

Association animal : entre protection et protestation !

En France, la liste des associations est longue et on chacune leurs buts. Protection des droits de l'animal, anticirque, anticorrida, antifourrure,...